Découvrez comment les algorithmes financiers relèvent des exigences de conformité de MiFID II

Découvrez_comment_les_algorithmes_financiers_relèvent_des_exigences_de_conformité_de_MiFID_II

 

Les algorithmes et la conformité au MiFID II

De nouvelles tendances façonnent et remodèlent les marchés financiers mais les réglementations ne tardent pas à combler leur retard. Les algorithmes financiers relèvent des exigences de conformité au MiFID II. Considérez, par exemple, la tendance à utiliser des algorithmes (algos) pour aider à prendre des décisions de trading. Après le krach boursier, les régulateurs européens se sont montrés méfiants. Ils ont compris que les algos avaient le potentiel d’affecter négativement les marchés financiers en particulier autour de la liquidité transitoire consécutive à l’augmentation du volume d’annulation d’ordres, ainsi que sur l’infrastructure des marchés lorsque des volumes élevés d’annulations se produisent.

Les algorithmes entrent bien dans le champ d’application de la directive sur les marchés d’instruments financiers (MiFID II). La réglementation ne s’est pas arrêtée à l’interdiction pure et simple de l’activité algorithmique, mais elle exige clairement des entreprises qu’elles mettent en œuvre des contrôles et des divulgations critiques pour éviter de nuire au fonctionnement des marchés financiers. Du point de vue de la MiFID II, les algos sont considérés comme des systèmes, et la décision de réaliser une transaction à un coût ou à une quantité particulière doit être prise sans intervention humaine. 

 

Les algorithmes sont considérés comme des systèmes

Une grande partie de MiFID II porte sur les correctifs et solutions technologiques visant à aider les entreprises financières à se conformer aux exigences de MiFID II. Comme on peut s’y attendre, les exigences de MiFID II et le trading d’algo ont des implications technologiques car il faut à la fois surveiller des éléments dans la technologie existante ainsi que des solutions technologiques nouvelles qui peuvent répondre aux préoccupations. Voici un aperçu de certaines d’entre elles :

  • lire le rapport : avant que les algos puissent être mis en production, MiFID II exige que les packs de tests, les populations de transactions et les environnements soient examinés pour vérifier leur conformité. Les organisations doivent appliquer leurs meilleures méthodes de test, mais elles doivent aussi désormais documenter le processus de test et d’examen et être en mesure de fournir des preuves si nécessaire ;
  • les lieux de négociation devront fournir un environnement approprié pour tester les algos. Conformément à la directive MiFID II, ils devront en outre identifier les ordres générés par les algos et savoir quelle stratégie d’algo est employée par la contrepartie. La tenue de marché relève du domaine des algos et de MiFID II également. 
  • Les institutions financières engagées dans certaines activités d’algo sont obligées de faire continuellement des marchés, en fonction de certaines conditions. Des plans de continuité des activités sont exigés par MiFID II, et pour certaines entreprises, cela inclut un « kill switch » spécifique à l’algo, qui peut nécessiter une surveillance humaine suffisante du marché et des transactions exécutées.

Les solutions et processus techniques peuvent soutenir les entreprises financières dans leurs efforts pour se conformer aux exigences de MiFID II. 

Choix des lecteurs